Espace Privé

Vous êtes ici : Accueil > NOUS CONNAITRE > Notre Dame de Joye > L'origine de l’association « Notre Dame de Joye »

L'origine de l’association « Notre Dame de Joye »

<< Retour

L'Association actuellement dénommée "Notre Dame de Joye" a été créée en 1698 sous Louis XIV. Elle a été et est toujours étroitement liée, bien que juridiquement distincte, à la Congrégation des Dames de Saint-Thomas de Villeneuve dont l'apport immobilier et financier a été dès l'origine déterminant et dont les membres se sont investis en tous temps conjointement à l'Association « Notre Dame de Joye » dans la réalisation des actions entreprises.

Le but de l'Association « Notre Dame de Joye » a toujours été de répondre aux besoins des personnes les plus démunies de chaque époque. D'abord en intervenant auprès des jeunes filles délinquantes et des femmes prostituées - dans le cadre du couvent des Filles du Bon Pasteur créé en 1821 après destruction, sous la Révolution, du couvent d'origine, rue du Cherche-Midi, construit à la fin du 17ème siècle - puis sous le nom de "Bon Pasteur", en gérant un important établissement de rééducation sur la rive gauche de Paris. A ce titre, l’Association a été reconnue d'Utilité Publique sous Napoléon III le 28 août 1858.

Ainsi dans les années 50, l'Association « Notre Dame de Joye » accueillait principalement une centaine d'adolescentes et de jeunes filles de la Région Ile de France, confiées au titre principalement de l'assistance éducative, par les Tribunaux pour enfants et les services sociaux des Départements, en leur offrant (au 71, Avenue Denfert Rochereau à Paris XIVème), une prise en charge en internat comprenant scolarité et divers apprentissages. Pour faciliter leur réinsertion sociale, elle abandonne le nom de "Bon Pasteur", pour prendre celui de "Notre Dame de Joye" en 1960.

Peu à peu, pour s'adapter à l'évolution de la pédagogie de notre époque et en lien avec les services de l'Education Surveillée, elle se limita à l'accueil d'adolescentes et réduisit la capacité de son internat en l'ouvrant sur l'extérieur.

Par ailleurs, en 1968, l'Association « Notre Dame de Joye », accepte d'héberger dans une partie de ses locaux un groupe de parents d'enfants multihandicapés rejetés de toutes parts en raison de l'ampleur et du cumul de leurs atteintes associées. Ce groupe de parents venait de créer une association dénommée "Les Amis de Karen". Cet accueil qui devait être provisoire, s'effectua dans des conditions matérielles de fortune qui ne permettaient pas de prétendre à une prise en charge financière publique.

L'Association « Notre Dame de Joye », sensibilisée à l'importance de ce besoin criant, qu'elle considérait comme prioritaire en raison de la carence d'établissements, décida après quelques années, de modifier ses statuts pour y ajouter la prise en charge des enfants, adolescents et jeunes polyhandicapés atteints de troubles associés. Ce qui fut fait le 30 mai 1972.

C'est ainsi, en raison des droits de l'Association « Notre Dame de Joye » sur ce domaine de 8600 m2 entouré de murs, d'une situation exceptionnelle en plein Paris que celle-ci est intervenue au fil du temps pour valider au fur et à mesure, des projets de création et pour gérer les trois établissements et les deux structures qui y sont actuellement implantées :
A savoir :
  • l'IMP les Amis de Karen, 
  • la MAS Notre Dame de Joye, 
  • le Foyer de Vie Myriam, 
  • les Poneys d'Enfer, 
  • le Centre de Ressources Multihandicap "le Fontainier".

Agissant de concert avec l'Association « Les Amis de Karen », l’association Notre Dame de Joye décida de construire et d'assurer la gestion d'un établissement qui fut ouvert le 1er janvier 1974 au 73, Av. Denfert Rochereau. Ce fut le premier Institut Médico-Pédagogique pour enfants et adolescents Polyhandicapés, dénommé « Les Amis de Karen » puis « Les Amis de Laurence » pour éviter toute confusion avec l’association du même nom.

Le 12 février 1980, au 71 bis, fut créée la Maison d'Accueil Spécialisée "Notre Dame de Joye", établissement pour les jeunes multihandicapés devenus adultes. En 1991 une annexe dans le 13ème arrondissement ouvre ses portes.

En 1985, c’est le Poney-club pour personnes handicapées « Les Poneys d’Enfer » dans la propriété qui voit le jour.

L'Association « Notre Dame de Joye » gérait toujours le centre d'assistance éducative pour adolescentes. C'est à cette époque qu'ayant constaté son inadaptation aux nouvelles prises en charges demandées, elle fermait ce centre. Après une longue réflexion, elle décidait de consacrer ses locaux à un autre besoin sans réponse, celui des jeunes adultes handicapés mentaux semi-dépendants, à la fois, exclus de la MAS non adaptée, des foyers et CAT comme étant trop dépendants. Elle ouvre alors au 1er janvier 1987, le Foyer de Vie Myriam, Centre d'Habitat et d'Activités pour Jeunes Adultes semi-dépendants.

Enfin, au 1er avril 1995, l'Association « Notre Dame de Joye », toujours de concert avec l'Association « Les Amis de Karen », ouvre le Centre de Ressources Multihandicap "Le Fontainier", lieu d'information de coordination et de formation répondant à toutes demandes liées à la dépendance des personnes multihandicapées, pour unifier et stimuler recherche et pratique en ce domaine très spécifique.

Les statuts de l'Association « Notre Dame de Joye » ont fait l'objet d'une modification pour les mettre en conformité avec son fonctionnement actuel, le 4 décembre 2001.